5 Bienfaits du KAVA | Cancer, Anxiété, Dépression, Cognition, Ménopause

Bienfaits du KAVALe kava, kava-kava ou kawa-kawa (Piper methysticum) connu aussi sous l’appellation française de ‘Poivrier enivrant’ est une plante médicinale utilisée depuis des siècles parmi les habitants des îles du Pacifique (les îles Fidji, la Papouasie-Guinée, le Samoa, les Îles Salomon et d’autres îles de Micronésie). Ces insulaires consomment du Kava en mélangeant simplement toute la racine réduite en poudre avec de l’eau. Souvent, il est servi dans une coquille de noix de coco au cours d’une cérémonie.

Le Kava est une plante qui pousse dans la jungle tropicale et dispose d’un système racinaire impressionnant. Cela pourrait être comparé aux racines impressionnantes du gingembre ou des plantes de ginseng. Les racines de kava sont récoltées et séchées. Elles sont ensuite pulvérisées en poudre. Cette poudre de racine est généralement consommée sous forme entière, alors que les entreprises de supplément en produisent souvent des extraits.

De nouvelles recherches scientifiques prouvent que le kava exerce 5 vertus ou bienfaits importants pour la santé humaine. Ce remède naturel traite l’anxiété, la dépression, stoppe la croissance de plusieurs types de cancer, stimule les fonctions cognitives et améliore l’humeur pendant la ménopause. Contrairement à ce qui se disait dans le passé, cette plante médicinale n’est pas dangereuse pour le foie et ne génère pas d’effets secondaires importants !

1. Le kava soulage l’ANXIÉTÉ

Un certain nombre d’études cliniques humaines ont montré que le kava soulage l’anxiété.

Après avoir révisé les conclusions de 4 études cliniques différentes visant à évaluer les bienfaits du kava kava, les chercheurs de l’Université de Melbourne ont affirmé qu’il y a suffisamment de preuves scientifiques pour affirmer que cette plante médicinale est efficace dans le traitement de l’anxiété.

Un examen plus complet a été effectué par la fondation Californienne ‘Global Neuroscience Initiative’. 24 études portant sur l’action thérapeutique du Kava et d’autres plantes médicinales sur l’anxiété ont été examinés. Cette fondation scientifique a estimé qu’il y a des preuves substantielles que le Kava soulage réellement l’anxiété.

Le kava serait également bénéfique pout traité l’agitation et l’insomnie. Les chercheurs ont examiné les résultats des études animales qui démontrent que le kava a des effets anxiolytiques « mais pas des effets sédatifs ou psychotropes » qui sont des effets secondaires typiques causés par les benzodiazépines.  »

Des extraits de kava se lient aux récepteurs GABA et dopaminergiques, ainsi qu’aux récepteurs opiacés.

Dans l’une de ces études, 101 adultes ont reçu du Kava ou un placebo pendant 25 semaines. Une amélioration significative des symptômes d’anxiété primaire et secondaire a bénéficié au groupe de patients ayant reçu le remède naturel de Kava.

Quelle est la différence entre l’anxiété primaire et secondaire ? L’anxiété primaire est liée au stress et à l’anxiété à long terme, souvent depuis l’enfance. Les différents types d’anxiété primaire comprennent le trouble panique, les troubles phobiques et les troubles obsessionnels compulsifs. L’anxiété secondaire est plutôt liée à des troubles cliniques, due à une pathologie ou un traitement médicamenteux.

Est-ce qu’une association de plantes médicinales apporte de meilleurs résultats pour lutter contre l’anxiété ? Les chercheurs ont observé par exemple que l’utilisation de Kava associé à du millepertuis n’est pas productif pour soulager l’anxiété. Mieux vaut utiliser le kava seul dans le cadre d’une monothérapie !

2. Le kava soulage la DÉPRESSION

D’autres études ont montré que le kava a des effets antidépresseurs. Une étude de trois semaines réalisée à l’Université du Queensland a administré à 60 patients adultes, 250 milligrammes de kavalactones par jour ou un placebo.

À la fin des trois semaines, les chercheurs ont évalué les bienfaits de l’extrait de kava et du placebo utilisant l’échelle de dépression de Montgomery et Åsberg. Cette méthode utilise un questionnaire diagnostique à 10 éléments afin d’évaluer la sévérité de la dépression chez des patients souffrant de troubles de l’humeur.

Le groupe des patients ayant reçu un extrait de kava présentait des taux de dépression significativement inférieurs à ceux ayant reçu un placebo.

Les chercheurs ont conclu qu’un extrait aqueux de cette plante médicinale produit une activité anxiolytique et antidépressive significative sans effets indésirables graves et sans hépatotoxicité clinique à la dose et à la durée d’administration étudiées. Le kava apparaît également efficace dans les cas où l’anxiété est accompagnée de dépression. Cela devrait encourager une étude plus approfondie et la prise en compte des extraits de Kava à l’échelle mondiale pour traiter l’anxiété de façon naturelle.

D’autres études ont soutenu les effets antidépresseurs de Kava.

3. Le kava améliore l’anxiété et l’humeur pendant la MÉNOPAUSE

Des chercheurs de l’université italienne Degli Studi à Sienne ont testé les bienfaits de kava sur 40 femmes ménopausées entre un et 12 ans. Les chercheurs ont administré aux femmes 100 milligrammes de kava avec et sans le traitement hormonal substitutif (THS). Après trois et six mois de traitement, les chercheurs ont évalué chez ces femmes les taux d’humeur et d’anxiété. La recherche a trouvé que le kava aide les femmes ménopausées souffrant d’anxiété avec ou sans THS.

Les résultats de cette étude montrent que l’association d’un extrait de Kava-Kava et d’un traitement hormonal substitutif peut représenter un excellent outil thérapeutique pour traiter des femmes ménopausées, en particulier celles souffrant d’anxiété et de dépression.

D’autres études ont montré des effets similaires. Une revue de la recherche de l’école de médecine de l’Université de l’Illinois a révélé que le Kava-Kava peut réduire de façon significative l’anxiété liée à l’humeur pendant la ménopause.

4. Le kava améliore la COGNITION

Qu’est-ce que la cognition et les fonctions cognitives ? Ce sont des termes qui se rapportent à l’ensemble des processus psychiques liés à l’esprit tels que le langage, la mémoire, l’intelligence, le raisonnement, le jugement, la planification, l’organisation la coordination des mouvements, les reconnaissances, la perception et l’apprentissage.

Après un examen de 10 études cliniques sur les propriétés du kava et son action sur la cognition, des chercheurs de l’Institut australien des sciences du cerveau de l’Université de technologie de Melbourne ont découvert que le kava augmente clairement les performances cognitives.

Une étude approfondie a montré que le kava améliore l’attention visuelle et les processus de mémoire de travail.

Les chercheurs ont étudié les mécanismes d’action du Kava pour comprendre comment il améliore la cognition. Le kava inhiberait la recapture de la noradrénaline dans le cortex préfrontal tandis qu’il modulerait la transmission du neuromédiateur GABA (acide gamma-aminobutyrique).

5. Le kava arrête la Croissance du CANCER

Un certain nombre de chercheurs ont noté au fil des ans que les habitants des îles du Pacifique qui consomment le plus de Kava semblent avoir des taux de cancer incroyablement bas par rapport aux autres populations.

Le Kava pourrait-il en être la cause ? La recherche indique que oui ! Plusieurs composants du Kava-kava tels que le flavokawaïne B et la dihydrométhysticine, réduisent la croissance tumorale et inhibent le cancer.

L’emploi thérapeutique de l’extrait de kava peut stopper ou ralentir la croissance des cancers de la prostate, de la vessie, du poumon et du foie. C’est ce que confirment les études suivantes :

1. Une étude de l’Université de Californie à Irvine a montré que ces mêmes composés (flavokawaïne B et dihydrométhysticine) inhibent les tumeurs cancéreuses de la prostate.

2. Une étude réalisée à l’Université du Minnesota en 2016 a révélé que la dihydrométhysticine du Kava bloque le développement du cancer du poumon.

3. Une autre étude réalisée en 2016, à l’Université d’Hawaï cette fois-ci, a montré que les flavokawaïne A et B contenus dans le kava, stimulent les réponses antioxydantes et au choc thermique. La réponse au choc thermique est une réponse cellulaire physiologique, consécutive à une élévation de la température mais aussi à de nombreux autres types de stress cellulaires. Il en résulte d’après l’étude une élimination des cellules cancéreuses du foie.

4. Une autre étude de l’Université de Californie, à Irvine a montré que les flavokawaïne A inhibent la croissance des cellules cancéreuses de la vessie.

Le kava est-il nocif pour le foie ?

Il y a quelques années, on parlait en mal de cette plante médicinale à la suite de quelques cas de toxicité hépatique. Clarifions tout de suite les choses : tout prouve le contraire !

Les recherches indiquent que le kava est sans danger lorsqu’il est pris correctement, et que le risque pour le foie est faible, voire nul. En réalité, comme le montre la recherche sur le cancer, le kava est plutôt utile pour les cellules du foie.

Ceci a été démontré par le fait qu’à la fin de l’année 2015, deux tribunaux allemands ont levé l’interdiction du Kava. Ils n’ont trouvé aucune preuve que le kava est nocif pour le foie.

Les chercheurs de l’Université de Melbourne ont fait remarquer que parmi les 435 participants aux essais cliniques prenant des suppléments de kava et certains à des doses élevées, aucun problème hépatique n’a été signalé. Par conséquent, l’examen actuel appuie la conclusion que la toxicité hépatique est un effet secondaire rare.

Les quelques cas de toxicité hépatique légère, entraînant principalement une augmentation des enzymes hépatiques, ont été causés par une contamination fongique du kava plutôt que par les racines de kava elles-mêmes. En fait, ce n’est pas le kava à proprement parlé qui est responsable de tels effets secondaires mais une utilisation d’extraits de mauvaise qualité, contenant des moisissures !

De plus en plus de fournisseurs de Kava récoltent et transforment la plante médicinale en respectant les normes de fabrication internationales telles que ISO, GMP et autres.

Les Composés de Kava

Les constituants anxiolytiques du kava sont les kavalactones. En fait, c’est la raison pour laquelle la plupart des extraits de kava commercialisés sont maintenant standardisés en kavalactone.

Les principes actifs mentionnés ci-dessus comprennent les flavokawaïnes et la méthysticine. D’autres incluent la kawaïne, la yangonine, la dihydrokavaïne, la desméthoxyyangonine, et la dihydrométhysticine. Ceux-ci ont tous des effets neurologiques différents, y compris l’inhibition de la MAO-B dans le cas de la desméthoxyyangonine. La kawaïne a des propriétés sédatives et tranquillisantes, ainsi qu’un effet anti-convulsant selon la littérature scientifique.

Kava, Suppléments alimentaires et Précautions

En dehors des îles Fidji, vous trouverez du Kava sous forme de supplément ou sous forme de poudre de racine importée.

Voici quelques recommandations importantes :

1) Choisissez une marque réputée connue pour respecter le contrôle de la qualité.

2) Choisissez un produit standardisé aux kavalactones.

3) Les extraits sont meilleurs en raison de leur contrôle de qualité. Des extraits liquides sans alcool sont aussi disponibles.

4) Prenez seulement la quantité recommandée par le fabricant.

5) Arrêtez d’en prendre un jour ou deux tous les quatre ou cinq jours d’utilisation.

6) Evitez de consommer des boissons alcoolisées ou prendre des médicaments avec le Kava.

7) Ne conduisez pas après avoir pris un supplément de Kava.

9) Si vous avez la peau sensible, pensez à rester à l’abri du soleil après avoir consommé du kava, car il a été observé qu’il peut causer une photosensibilité chez certaines personnes sensibles.

Auteur : Alexis ROGER