• Démangeaisons vaginales et infections vaginales - Causes et traitements

    Démangeaisons vaginales

    Souffrez-vous depuis pas mal de jours de démangeaisons vaginales et vulvaires ? S'agit-il d'une simple irritation ou sensation de brûlure au niveau de la vulve ?

    Avez-vous observé la manifestation d'autres symptômes tels que des pertes vaginales qui peuvent être le signe d'une infection ? Dans tous les cas, il est conseillé de consulter un spécialiste qui établira un diagnostic précis avant de prescrire un traitement adapté et efficace. Cela ne vous empêche évidemment pas de vous renseigner sur ce sujet.

    Voilà pourquoi, nous allons répondre à ces 3 questions : Quelles sont les principales causes des démangeaisons et des brûlures vaginales ? Quelles sont les symptômes des principales infections vaginales ? Quels sont les traitements conventionnels utilisés pour lutter contre des pathologies provoquant des démangeaisons vaginales ? Dans un autre article (voir le lien plus bas), nous verrons des remèdes naturels efficaces pour mettre fin aux irritations et brûlures vaginales ?

    Causes fréquentes des démangeaisons et brûlures vaginales

    Voici 6 causes parmi les plus observées :

    1) La vaginose bactérienne (VB)

    La vaginose, c'est quoi au juste ? La vaginose est un type de vaginite qui se manifeste comme son nom l'indique au niveau du vagin, lorsque se produit un déséquilibre au sein de la population des bactéries qui composent la flore vaginale. Ce type d'infection, extrêmement fréquente chez les femmes, n'est heureusement pas grave.

    La vaginose se manifeste lorsque des germes infectieux tels que le Gardnerella vaginalis et des mycoplasmes se multiplient excessivement au détriment de la flore lactique. La flore lactique, composée notamment des bacilles de Döderlein (lactobacillus acidophililus), disparaît alors qu'elle joue un rôle protecteur au niveau du vagin. En effet, ce type de bactéries inoffensives sécrète l'acide lactique qui maintien le pH du milieu vaginal entre 4 et 4.5, un pH 'acide' qui empêche la prolifération des germes pathogènes.

    Quels sont les symptômes de la vaginose bactérienne ? Outre la sensation de brûlure, les démangeaisons et les irritations vaginales, la vaginose se caractérise par des pertes vaginales d'une couleur gris-blanchâtre ou gris-verdâtre, dégageant une odeur nauséabonde (odeur de poisson).

    2) Les maladies sexuellement transmissibles (MST)

    La gonorrhée (bactérie 'Neisseria gonorrhoeae'), la trichomonase (protozoaire flagellé 'trichomonas vaginalis'), la chlamydiose (bactéries 'Chlamydia trachomatis' ou 'Chlamydophila psittaci'), l'herpès génital (virus 'Herpes simplex de type 1 ou 2') et les verrues génitales (virus du papillome humain) sont autant de maladies sexuellement transmissibles qui peuvent provoquer des démangeaisons et des irritations vaginales associées bien entendu à d'autres symptômes spécifiques.

    3) La mycose vaginale ou candidose vaginale

    Statistiquement, on sait qu'environ trois femmes sur quatre développent une mycose vaginale (appelée aussi infection à levures ou muguet vaginal) à un certain moment au cours de leurs vies.

    La candidose vaginale est causée par des champignons microscopiques de l'espèce 'Candida albicans' normalement présents dans le vagin et qui se développent excessivement dans le vagin et au niveau de la vulve (petites et grandes lèvres) provoquant une inflammation du vagin, des démangeaisons vaginales et vulvaires, des sensations de brûlure, des rougeurs, des brûlures lors de la miction, des leucorrhées (écoulement granuleux blanc ressemblant au lait caillé) et des douleurs lors des rapports sexuels.

    4) La ménopause

    La baisse de la production d'œstrogènes qui survient chez les femmes au cours de la ménopause engendre un amincissement et un assèchement des parois vaginales qui peut conduire à des démangeaisons et des irritations vaginales.

    L'amincissement des parois vaginales s'observe aussi chez certaines femmes qui allaitent.

    5) Les irritants chimiques

    Un certain nombre de substances chimiques contenues dans les savons, les détergents, les assouplissants, les crèmes, les douches, les sprays, les mousses de contraception, les préservatifs, le papiers-toilette parfumé, les tampons parfumés, etc. peuvent causer des irritations vaginales et vulvaires associées à une sensation de brûlure.

    6) Le lichen scléreux

    Le lichen scléreux est une dermatose inflammatoire chronique rare qui se manifeste par des plaques blanches atrophiques brillantes (peau amincie), des ulcères et des fissures au niveau des petites lèvres, de la face interne des grandes lèvres et du capuchon clitoridien. Le vagin n'est jamais touché par cette affection de la peau et des muqueuses.

    Les symptômes sont les suivants : prurit ou démangeaisons vulvaires (surtout la nuit), picotements, brûlures pendant la miction, la peau devient d'une couleur blanchâtre, les petites lèvres peuvent diminuer de volume et le clitoris peut éventuellement disparaître.

    Le lichen scléreux survient à tout âge mais se manifeste surtout après la ménopause entre 50 et 60 ans.

    Remarques : Dans le cas des jeunes filles, il est important de signaler toute démangeaison, brûlures et irritations à un professionnel de la santé car ces symptômes peuvent être des signes d'abus sexuels.

    Démangeaisons vaginales et TRAITEMENTS CONVENTIONNELS

    Dans un certain nombre de cas, les démangeaisons vaginales sont passagères et ne semblent pas être liées à une pathologie. Cependant, si les brûlures et les irritations au niveau de la vulve persistent, il est préférable de consulter un médecin qui posera un diagnostic (identification de la cause) et proposera un traitement adapté en fonction de l'étiologie.

    Par exemple, la vaginose bactérienne et les maladies sexuellement transmissibles sont traités par des antibiotiques (essentiellement par la clindamycine : Dalacine® Zindacline® et le métronidazole : Flagyl®).

    La mycose ou candidose vaginale est traitée par des médicaments de la classe des antifongiques (les polyènes comme la nystatine: Mycostatine®, les dérivés imidazolés tels que le miconazole: Gyno-Daktarin® et le kétoconazole: Kétoderm®, la terbinafine : Lamisil® et le ciclopiroxolamine : Mycoster®)

    Les démangeaisons vaginales liées à la ménopause sont traitées par une hormonothérapie à base d'œstrogènes.

    Le lichen scléreux est traité avec des crèmes dermocorticoïdes de classe I. Les médicaments prescrits à administrer oralement ou par voie vaginale peuvent se présenter sous forme de comprimés, de crèmes vaginales, d'ovules gynécologiques ou de pilules.

    Auteur : Alexis ROGER

    Nettoyants Hygiène Intime

    Gel douche Hydralin _ Ce gel douche intime n'est à utiliser que quelques jours, en période de mycose . En cas de mycose, le Ph vaginal devient acide. Grâce au gyn hydralin qui a un Ph basique (ph=8.5) p, les mycoses se développeront moins facilement.

    Bétadine Solution vaginale _ Ce médicament est un antiseptique d'usage local qui contient de l'iode. Il est utilisé dans le traitement d'appoint des infections vaginales.

    Mycoflore 850 comprimés _ Mycoflore soulage les brûlures et démangeaisons intimes et rééquilibre la flore vaginale en profondeur. Il est composé d'huiles essentielles d'arbre à thé et de clou de girofle qui sont reconnues pour leur effet purifiant et sont traditionnellement utilisées contre les bactéries, d'échinacée qu aide à soulager et à renforcer les défenses naturelles, de probiotiques (Lactobacillus acidophilus) qui contribue à rééquilibrer la flore intestinale et de Vitamine C qui aide à renforcer l'organisme dans son ensemble.

    Saugella Mousse Antiseptique Naturelle _ A base d'extrait naturel de sauge et d'extrait naturel de thym, le soin anti-irritation respecte l'équilibre physiologique des muqueuses. L'extrait de sauge a des vertus apaisantes et les extraits et l'huile essentielle de thym aident à protéger l'organisme contre les petits désagréments grâce à leur action antiseptique naturelle. L'acide lactique de la formule aide également à maintenir l'équilibre de la flore vaginale protectrice en garantissant un pH physiologique au produit.