GRIFFE de CHAT | 5 BIENFAITS | Liane du Pérou : Dosage & Risques

GRIFFE de CHAT et BIENFAITSOriginaire d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, la griffe de chat connue sous les noms espagnols de : « Uña de gato », « Samento » et « Garabato » est une plante grimpante (liane du Pérou) qui a été utilisée pendant des siècles en médecine traditionnelle pour traiter une diversité de maladies.

Les bienfaits de l’écorce de la griffe de chat pour la santé ont conduit les scientifiques aux États-Unis et dans d’autres pays à examiner de près ses vertus et son action dans le corps humain.

Les résultats de certaines études scientifiques suggèrent que cette plante médicinale peu connue dans le monde, exerce de puissants effets anti-inflammatoires et antioxydants qui participent à la réparation de l’ADN, la santé des articulations, la fonction immunitaire et la division cellulaire normale.

La griffe de chat a d’abord été popularisée par le naturaliste allemand Arturo Brell, qui a migré en 1926 de Munich à Pozuzo, une petite ville fondée par des colons allemands dans la forêt tropicale péruvienne.

Le Dr Brell a utilisé l’écorce de la griffe de chat pour traiter sa propre douleur rhumatismale. Plus tard, il a traité un autre colon allemand, Luis Schuler, qui avait été diagnostiqué avec un cancer du poumon en phase terminale.

La santé de M. Schuler s’est améliorée remarquablement grâce à la consommation de thé de racine de griffe de chat trois, 3 fois par jour. Un an plus tard, il était apparemment guéri du cancer.

Les deux variétés connues de griffes de chat sont Uncaria guianensis, traditionnellement utilisé pour la cicatrisation des plaies, et Uncaria tomentosa, qui a de nombreux usages médicinaux et se trouve le plus souvent dans les suppléments.

La griffe de chat est une plante médicinale riche en composés phytochimiques. Elle possède plus de 30 constituants connus qui comprennent au moins 17 alcaloïdes, ainsi que des glycosides, des tanins, des flavonoïdes, des fractions de stérols et d’autres composés.

Les scientifiques ont tout d’abord attribué les vertus médicinales de la griffe de chat à des composés appelés alcaloïdes oxindoles. Plus récemment, on s’est rendu compte que des extraits de griffes de chat solubles dans l’eau qui ne contiennent pas de quantités significatives d’alcaloïdes possèdent de puissants effets antioxydants et anti-inflammatoires. Cette découverte a conduit les chercheurs à conclure que les esters de l’acide quinique sont les constituants actifs de l’extrait de griffe de chat hydrosoluble.

1. Puissant antioxydant et anti-inflammatoire

Les extraits de griffes de chat exercent des effets antioxydants puissants capables de neutraliser les dangereux radicaux peroxyle (ROO•- ) et superoxyde (O2•- ). Les analyses réalisées en laboratoire indiquent que le pouvoir antioxydant de la griffe du chat dépasse celui de nombreux extraits de fruits, de légumes, de céréales et de plantes médicinales.

L’inflammation chronique est associée à de nombreuses maladies qui affligent les adultes vieillissants et la griffe de chat est un puissant agent anti-inflammatoire. L’extrait de griffe de chat inhibe la production du facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-α), un messager inflammatoire qui prépare le terrain à l’inflammation aiguë et chronique.

La griffe de chat inhibe également l’activation du facteur nucléaire kappa bêta (NF-κB), impliqué dans le développement du cancer et d’autres maladies mortelles.

L’écorce de griffe de chat diminue également la libération de prostaglandine E2, un médiateur inflammatoire associé à des pathologies telles que l’arthrite.

2. Traitement de l’arthrite et de l’arthrose

L’arthrite peut être l’une des maladies les plus invalidantes physiquement associées au vieillissement. L’extrait de griffe de chat supprime l’inflammation et améliore à la fois la structure et la fonction articulaires. Cette plante médicinale soulage aussi la douleur et l’inconfort de l’arthrite.

Les scientifiques ont récemment découvert que la griffe du chat peut protéger le cartilage, le tissu qui fonctionne comme un amortisseur sur les surfaces articulaires des os. De quelle manière, ce remède naturel peut-elle améliorer les symptômes de l’arthrose ? La griffe de chat inhibe la production de l’interleukine 1 bêta, une cytokine pro-inflammatoire qui joue un rôle dans la dégénérescence du cartilage des articulations. D’autre part, la griffe de chat augmente la production du facteur de croissance de type insulinique-1 (IGF-1) qui stimule à son tour la croissance du cartilage dans les articulations vieillissantes.

Dans un essai clinique, les scientifiques ont découvert que la griffe de chat offrait un soulagement aux adultes souffrant d’arthrose. 45 patients atteints d’arthrose du genou ont participé à cet essai aléatoire de 4 semaines, contrôlé par placebo.

Ceux qui à qui on a administré un extrait de griffe de chat ont vu des réductions significatives de la douleur articulaire associée à l’activité physique. Après un délai d’une semaine de traitement, les médecins et les patients ont enregistré une amélioration significative des évaluations subjectives de la douleur arthrosique.

L’écorce de griffe de chat peut également bénéficier aux personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde, une pathologie douloureuse marquée par une inflammation et une raideur sévère des articulations. Au cours d’un essai clinique de 12 mois, 41 patients qui souffraient de polyarthrite rhumatoïde, ont reçu une supplémentation en extrait de griffe de chat. Quels ont été les résultats d’un tel traitement naturel ? Les patients ont observé une amélioration des articulations douloureuses et enflées. Ce soulagement de la douleur articulaire peut aider les personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde invalidante à retrouver la capacité fonctionnelle d’effectuer des activités de la vie quotidienne.

3. Stimulation du système immunitaire

Des études animales et humaines indiquent qu’en plus de d’exercer de puissants effets antioxydants et anti-inflammatoires, la griffe de chat stimule naturellement le système immunitaire, renforçant les défenses immunitaires contre la multitude d’agents pathogènes rencontrés chaque jour dans l’air, l’eau et l’environnement.

Une supplémentation de griffe de chat administrée à des rats pendant 8 semaines a permis de constater l’effet extraordinaire de cette plante sur le système immunitaire de ces rongeurs. En effet, le nombre de leurs globules blancs a augmenté au terme de ce traitement naturel.

Est-ce que cette propriété immunostimulante de la griffe de chat s’applique seulement à l’animal ? Non ! Au cours d’une étude clinique, les hommes adultes qui avaient reçu un supplément de griffe du chat pendant six mois ont également été témoins d’une augmentation de leur nombre de globules blancs, indiquant une fonction immunitaire améliorée.

Une autre étude clinique indique que la griffe de chat peut aider à stimuler l’efficacité des vaccins. Lorsque les adultes ont été supplémentés avec des extraits de griffe du chat pendant deux mois avant de recevoir une vaccination contre la pneumonie, leurs titres d’anticorps (indication d’immunité à la pneumonie) sont restés à des taux plus élevés, cinq mois de plus, par rapport aux sujets témoins. Cette découverte suggère que lorsqu’il est utilisé avec un vaccin, la griffe de chat confère une protection supplémentaire contre le virus de la pneumonie.

4. Réparation et Préservation de l’ADN contre le stress oxydatif

Les expériences de laboratoire prouvent que les effets de la griffe du chat s’étendent au niveau cellulaire et peuvent aider à préserver l’intégrité de l’ADN, le plan génétique des cellules du corps. Un élément cellulaire vital, l’ADN est très vulnérable aux dommages causés par l’attaque des radicaux libres, ce qui peut contribuer à l’initiation du cancer et d’autres maladies létales.

Pour déterminer si l’extrait de griffe de chat peut protéger l’ADN délicat contre le stress oxydatif, les scientifiques ont mené une étude sur des cellules cutanées humaines en culture. Ils ont découvert qu’un extrait aqueux de griffe de chat protégeait les cellules de la peau contre la mort induite par le rayonnement ultraviolet, en augmentant la capacité des cellules à réparer les dommages à l’ADN induits par la lumière ultraviolette.

Bien que la chimiothérapie joue un rôle crucial dans le traitement du cancer contemporain, son grand inconvénient est que cela peut endommager l’ADN des cellules saines. Lorsque des volontaires adultes qui avaient déjà subi une chimiothérapie ont été supplémentés avec de l’extrait de griffe de chat soluble dans l’eau pendant huit semaines, ils ont montré une diminution marquée des dommages à l’ADN et une augmentation de la réparation de l’ADN.

Une augmentation des globules blancs a été observé chez ces mêmes participants. C’est une découverte importante, car la chimiothérapie supprime généralement le nombre de globules blancs et augmente ainsi la sensibilité aux infections.

L’écorce de griffe de chat peut ainsi fournir un soutien crucial de l’ADN et des globules blancs aux patients cancéreux subissant une chimiothérapie.

5. Lutte contre le cancer

Des résultats en laboratoire suggèrent que la griffe de chat, un remède naturel, peut être un allié puissant dans la lutte contre le cancer en empêchant la division cellulaire anormale qui caractérise cette maladie redoutée.

Une étude en laboratoire a révélé qu’un extrait de griffe de chat est capable d’empêcher la prolifération des cellules cancéreuses du sein humain. L’écorce de griffe de chat présente également une activité contre les cellules leucémiques (cancer de la moelle osseuse). Des chercheurs européens ont découvert que la griffe de chat empêchait les cellules leucémiques humaines de croître et les incitait à subir une autodestruction programmée (apoptose).

Certains constituants de la griffe de chat ont non seulement stoppé la croissance des cellules cancéreuses, mais ont carrément tué les cellules cancéreuses.

Bien que le mécanisme précis par lequel la griffe du chat combat le cancer n’est pas encore complètement compris, les scientifiques pensent que sa capacité à réguler certaines cytokines du système immunitaire peut aider à renforcer la défense du corps contre le cancer.

Effets secondaires, contre-indications et dosage

La griffe de chat est généralement bien tolérée et considérée comme non toxique.

Selon les rapports, son seul effet secondaire potentiel est la diarrhée.

Cependant, puisque la griffe de chat peut stimuler le système immunitaire, elle devrait être évitée par ceux qui subissent des greffes d’organes, des greffes de peau, et un traitement immunosuppresseur.

Bien que les preuves suggèrent que la griffe de chat peut bénéficier aux personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde, elle ne devrait pas être utilisée à long terme chez les personnes souffrant de troubles auto-immuns (comme le lupus ou la sclérose en plaques) jusqu’à ce que d’autres études soient disponibles.

Les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants de moins de trois ans devraient éviter d’utiliser la griffe de chat.

Quel devrait-être la posologie à respecter ? Les préparations commerciales de griffes de chat varient en termes de dosage et de normalisation des constituants actifs. Le dosage typique de la préparation de la griffe de chat est compris entre 250 mg à 350 mg par jour, standardisé à 8% d’esters carboxyalkyliques.

En Décoction, faites bouillir doucement de 1 g à 25 g de poudre d’écorce dans 250 ml d’eau durant 5 à 10 minutes. Refroidir, filtrer et ajouter de l’eau pour obtenir 1 tasse de mélange. Buvez-en 3 tasses par jour.

Attention : Certains suppléments de griffe de chat disponibles dans le commerce contiennent des composés appelés alcaloïdes d’oxindole tétracyclique (TOA) et alcaloïdes d’oxindole pentacyclique (AOP) à des taux pouvant avoir un effet antihypertenseur.

Cet avertissement ne s’applique pas aux extraits de griffe de chat qui utilisent un procédé breveté d’extraction d’eau par ultrafiltration pour éliminer les composés TOA et POA de poids moléculaire élevé et limiter ainsi leur concentration maximale à 0,05%.

Auteur : Alexis ROGER