Quantcast

Comment Traiter Les Problèmes Intimes Féminins Naturellement ?



Ovaire polykystique et traitement naturel - Ovaires polykystiques et phytothérapie

Ovaires polykystiques

 

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), connu aussi sous l'appellation de syndrome de Stein-Leventhal ou de dystrophies ovariennes, est une pathologie endocrinienne qui affecte entre 5 à 10% des femmes.

Quels sont les symptômes associés à ce syndrome ? Que prescrivent généralement les médecins ? Existe-t-il des traitements naturels pour améliorer les symptômes gênants de ce syndrome ? La phytothérapie est-elle efficace pour traiter le SOPK ? Que penser des suppléments nutritionnels et du régime alimentaire pour traiter naturellement le SOPK ? Les exercices physiques sont-ils recommandés ?

Ovaire polykystique et désordre hormonal

Aucune cause exacte n'a encore été déterminée mais certains chercheurs pensent que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) peut être dû à une résistance à l'insuline.

Les femmes qui souffrent du SOPK présentent un déséquilibre hormonal. Un taux d'hormones mâles (androgènes) anormalement élevé, d'origine ovarienne bloquent la maturité folliculaire. Il en résulte la formation de nombreux petits follicules immatures qui donnent à l'ovaire élargi un aspect micropolykystique.

D'autre part, les femmes souffrant du syndrome des ovaires polykystiques ont généralement un taux d'hormone lutéinisante, LH, élevé (LH sérique > 10 U.I/l) liée à l'excès d'insuline présent dans le corps et un rapport LH/FSH supérieur à 2.

Ovaire polykystique - Symptômes et complications

Les changements hormonaux qui accompagnent les ovaires polykystiques sont responsables de nombreux symptômes désagréables :

>> Augmentation du volume des ovaires avec formation de nombreux petits kystes à l'intérieur de l'ovaire, irrégularité des règles (oligoménorrhée), absence totale des menstruations (aménorrhée), fausses couches à répétition, infertilité d'origine ovulatoire (75% des femmes souffrant du SOPK), acné, virilisation, excès de pilosité faciale et corporelle (hirsutisme), perte de cheveux (alopécie), surcharge pondérale, obésité de type androïde (50% des femmes souffrant du SOPK), sautes d'humeur, glycémie élevée avec résistance à l'insuline, excroissances de peau (acrochordons), ternissement et brunissement de la peau (aines, aisselles, et cou).

Des complications peuvent alors survenir telles que: le diabète, l'hypercholestérolémie, l'hypertension artérielle et le développement à long terme d'un cancer de l'endomètre.

Diagnostic et traitements conventionnels

Si vous rencontrez l'un des symptômes mentionnés ci-dessus, il est important de consulter un endocrinologue, un médecin spécialiste des désordres hormonaux.

Afin d'obtenir un diagnostic, il évaluera les signes cliniques évocateurs tels que le poids, l'acné, la présence de poils et la pigmentation de la peau, etc.

Le SOPK est facilement diagnostiqué par un test sanguin de routine, qui mesure vos taux d'hormones et une échographie qui peut mettre en évidence la présence de kystes ovariens (8 à 10 sur chaque ovaire).

On ne peut pas guérir le SOPK. Cependant, il existe des traitements conventionnels pour aider à rétablir l'équilibre hormonal et pour diminuer certains symptômes gênants comme l'acné et la prise de poids.

On traite généralement l'hyperandrogénie (taux trop élevé d'hormones mâles) par une pilule œstroprogestative ou un antiandrogène (acétate de cyprotérone= Androcur®) associé à un œstrogène. L'effet d'un antiandrogène sur la pilosité est long, il faut espérer entre 9 mois et 12 mois !

En l'absence du désir de procréer, l'absence de règles (aménorrhée) est traitée par une pilule œstroprogestative ou par un traitement progestatif séquentiel.

Les troubles métaboliques sont traités par des médicaments du groupe des biguanides (Metformine) ou des glitazones. La metformine augmente l'insulino-sensibilité et diminue la synthèse hépatique de glucose.

Le traitement de l'infertilité repose sur une stimulation de l'ovulation par le citrate de clomiphène (Clomid®).

Régime alimentaire et compléments alimentaires

Votre première ligne de défense contre le SOPK consiste à opérer des changements dans votre alimentation. Il est particulièrement important de perdre du poids si vous souffrez d'une surcharge pondérale (un des symptômes du SOPK).

L'expérience montre qu'une perte d'environ 10 % du poids comporte un effet bénéfique sur l'hyperandrogénie, sur l'infertilité et sur l'aménorrhée. La perte de poids aide stabiliser les taux d'hormones anormaux dans votre corps, ce qui entraîne à son tour une réduction de la pilosité et d'acné.

Il est particulièrement important que vous suiviez un régime à index glycémique faible pour mieux réguler le taux d'insuline. Les glucides sont alors apportés par les fruits, les légumes et les céréales.

Régime : Méthode Naturelle

En plus de surveiller votre régime alimentaire, certains compléments alimentaires peuvent également vous aider à perdre du poids, réduire votre taux de sucre dans le sang et équilibrer les niveaux des hormones dans votre corps.

Le chrome en complément alimentaire réduit le risque de diabète. Le chrome favorise la liaison de l'insuline avec son récepteur et facilite ainsi l'assimilation du sucre glucose par les cellules. Il aide ainsi à réguler le taux d'insuline dans le sang et contribue à stabiliser la glycémie.

Le chrome peut également favoriser la perte de poids, car il contribue à réduire les envies de sucre et de sucreries. Toutefois, si vous êtes déjà sous traitement antidiabétique, il est important de consulter votre médecin avant de prendre ce minéral.

> Homéoligo Chrome

Le zinc est un autre minéral bénéfique dans un traitement naturel du SOPK. Il aide à contrôler votre appétit et diminue les envies pour les aliments salés et sucrés. Le zinc est également nécessaire pour le bon fonctionnement de nombreuses hormones dans votre corps.

> Prendre du citrate de zinc à la dose de 30 mg par jour.

> Homéoligo Zinc

Ovaire polykystique et exercices physiques

De nombreuses études ont démontré que l'exercice régulier améliore les symptômes du syndrome des ovaires polykystiques. En effet, l'exercice physique aide le métabolisme de l'insuline à fonctionner efficacement.

Il en résulte une réduction des taux de testostérone (androgène) et des symptômes qu'il engendre.

De plus, l'exercice contribue à brûler la graisse au niveau du ventre. Pour rester positive dans la vie, rien de tel que de pratiquer un sport régulièrement!

Equilibrez les taux d'hormones par la phytothérapie (par les plantes)

Les plantes médicinales suivantes bénéficient aux femmes atteintes du SOPK en régulant les taux d'hormones:

>> Le gattilier (Agnus castus) est un arbuste utilisé en médecine douce pour normaliser le fonctionnement de la glande hypophysaire dans le cerveau, qui est impliquée dans la régulation de la production d'hormones.

La posologie recommandée est de 1 g de plante crue une fois par jour. Cette plante ne doit pas être prise pendant la grossesse ou par les mères qui allaitent.

> Gattilier en gélules

>> Le palmier nain (Serenoa repens) encore appelé 'Saw palmetto' est utilisé en phytothérapie afin de réduire les taux excessifs de l'hormone mâle testostérone.

Le serenoa repens possède en effet la propriété de bloquer une enzyme appelée 5 alpha-réductase qui stimule la production de testostérone. Il est donc particulièrement bénéfique pour lutter contre la croissance excessive des poils chez les personnes souffrant du syndrome des ovaires polykystiques.

Mieux encore, les scientifiques ont découvert que lorsque l'enzyme 5 alpha-réductase est inhibée, la taille des kystes sur les ovaires se réduisent également.

La posologie recommandée est de 160 mg d'un extrait de serenoa repens, une ou deux fois par jour.

> Palmier nain ou Saw palmetto en capsules

>> L'astaxanthine est un pigment extrait de l'algue Haematococcus pluvialis. Il est présent chez les crustacés (crabes, crevettes, homard, écrevisses, langoustes), le saumon et la daurade rose.

La recherche scientifique a montré que, lorsque ce puissant antioxydant est utilisé en conjonction avec le palmier nain, la testostérone et les autres hormones mâles sont réduites beaucoup plus efficacement. L'astaxanthine agit de la même manière que le palmier nain, à savoir qu'il bloque l'action de l'enzyme 5 alpha- réductase.

> Antioxydants naturels : l'astaxanthine et la vitamine E en capsules

Auteur: Alexis Roger

 

 

Alexis